Chronique: Kyan Rogh – tome 1: l’artefact insoupçonné, par Charles Chehirlian

Résumé:

Cette légende se déroule sur la terre d’Hashkaria, contrée où l’acier, la magie et le savoir cohabitent.
Ce qui aurait dû être oublié à jamais ressurgit par l’insatiable soif de pouvoir qu’est celle de l’homme, menaçant le fragile équilibre de tout ce qui est.
Le Roi Elhmor l’usurpateur, Kerek Galdine, mage noir d’Idhelheim, sont de ceux qui convoitent le Manuscrit des Anciens.
Tandis que Khaynes le Roi Sanglant se prépare à l’invasion et à la destruction de toute chose, les royaumes de Chyldérie et de Maravie se livrent encore leurs futiles querelles.
Une poignée d’êtres, à la convergence improbable, à la force et aux intentions imprédictibles, se lancent alors dans une quête dont l’issue pourrait à jamais changer la face du monde…

Mon avis:

Ce roman est doté d’un univers extrêmement riche, comme on en voit peu. On sent que tout a été pensé dans les moindres détails: la religion, la politique, la géographie… On trouve même, à un moment, une chanson dans le livre, partition incluse (c’est rare de voir ça, et j’ai beaucoup apprécié). Les personnages sont également très travaillés.

A noter qu’une carte est fournie au début du livre, carte qui s’étale sur trois pages, en couleurs et très détaillée, un bon point pour s’y retrouver! J’en profite au passage pour signaler que si vous optez pour la version papier, le livre est globalement très beau, avec une couverture que j’ai vraiment appréciée.

Le seul défaut que je trouve au livre découle directement de ce premier point très positif: un univers aussi dense, c’est compliqué à bien introduire. Et là, les premiers chapitres font un peu exposition. Je lis très vite: aussi, ça ne m’a pas dérangée. Pour des personnes avec un rythme de lecture moins soutenu, je pense qu’il peut être un peu désagréable, sur le début, d’avoir autant de descriptions et surtout de mise en place de l’univers. Néanmoins, il serait dommage de renoncer à la lecture pour cela: par la suite, le rythme devient plus fluide, et on apprécie pleinement l’histoire, d’autant plus qu’elle vient donc se poser sur un background très complet.

On a de l’action, en quantité: il faut dire que le roman est assez épais ( 625 pages, pour un premier tome, c’est conséquent), ce qui est très agréable. Si je ne m’identifie pas vraiment aux personnages, comme ça peut parfois être le cas, le fait qu’ils soient bien développés permet cependant de s’attacher à eux, de trembler avec eux parfois. J’ai notamment beaucoup aimé le personnage de Korgh. Le récit nous offre plusieurs points de vue, un choix judicieux étant donné l’étendue de l’univers.

Un excellent livre donc, un premier tome très prometteur qui donne envie de connaître la suite!

Une note pour ce livre?

8/10

Pour vous le procurer, vous pouvez vous rendre…

Sur Amazon (ebook)

Sur Amazon (broché)

Vous pouvez également retrouver l’auteur sur son site , sur Facebook et sur Instagram.

Un grand merci à l’auteur pour m’avoir permis de lire et de chroniquer son livre!

Publicités

Une réflexion sur “Chronique: Kyan Rogh – tome 1: l’artefact insoupçonné, par Charles Chehirlian

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s